Habib, eux aussi te souhaitent bon anniversaire!

J’aurais voulu te rapporter ce que chacun d’eux te dirait à toi, leur créateur dans ta cité d’Etha Contest, ta description de l’Etat qu’on ne conteste. D’abord c’est Yiniboya qui tenait à prendre sa revanche après l’insomnie que tu lui as donnée avec Nicomède Glosso dans un problème de pain. Il revient d’abord sur le conseil de Nicomède : « Ce n’est pas toi qui votes, Domato Yiniboya, mais c’est toi qui organises ».Puis il « rebondit » comme à son habitude : «monsieur Chef-de-dakpo, le cadeau que je vais t’offrir c’est de te nommer l’artiste en chef de mon gouvernement, car toi au moins tu sais lire, afin…je le suppose. Mais…avec le piège à cons de ce mède de Nicomède je ne suis plus aux affaires ». A peine avait-il fini quand le doyen Djoguétchédo arrache le bouquet et commence : « Abi’bi (tu es devenu intelligent en langue fon), si le Caméléon a pu surprendre les capharnahouais en soixante-douze, sache que moi non seulement j’ai battu le record des soixante-douze bouteilles mais je te promets…euh…euh… ». Apparemment, ce qu’il dit n’est pas du goût de son excellence madame la présidente Lyse Dogbé, avec son crâne rond, menu comme un point d’enfant, rasé sans le moindre artifice, prolongé par un front altier, martial… Elle t’invite, en ce jour qui t’es spécial, à proposer à patapata ses réformes à elle à la veille de 2060, dans son célèbre discours du 1er août 2059. « Les voitures de luxe insolent, acquises à tour de bras seront revendues aux enchères et le revenu de la vente reversé au budget national pour servir à augmenter le salaire de tous les fonctionnaires et assurer des aides aux pauvres et des subventions aux particuliers dans le besoin. » Ce n’est qu’à ce prix qu’elle te promet elle aussi un poste. En dehors d’elle, aucune des dames de derrière, avec leur derrière coincé dans un divan qui les supporte à peine, ne voulaient te souhaiter quoique ce soit. Ni la redoutable amante de son Toussaint Louverture qui se fait consoler avec son histoire au goût de rêve inachevé par Mélissa de Yann et Awa, madame Matrix. Justement, Parlant de Yann qui ne mérite même pas une Mariam Dicoh, nque tu as encensé de tous les qualificatifs, Habib, te souviens-tu ? Tu as même fait dire à Mélissa que les prénoms tels que « Bernard, Rigobert, Dagobert, Colbert, tous ces trucs en bê comme un vulgaire problème de moutons ». Un ami à moi, Bernard Houéhoundé, s’en est offusqué ( offusqué est sûrement trop fort), et ce, à juste titre (sourires…). Je l’ai calmé autant que je peux, c’est d’ailleurs lui qui a été le premier à me faire lire les délires de l’Etha Contest.

En attendant de revenir sur mes émotions et motions après une énième lecture de l’Etha Contest que tu nous as livré, je te souhaite, à toi et à ta plume, vie, longévité, plus de fougue et de courage!

A toi, Habib Dakpogan et à tous les écrivains d’autres époques et contemporains, pour vous rassurer que vous n’écrivez pas en vain, même si l’insouciance et l’indifférence du lectorat semblent réduire ce dernier au fil des années au gré des réseaux sociaux et autres fléaux, je dédie ce blog.

A propos de Observateur anodin 154 Articles
Ghislain GANDJONON, analyste programmeur, professeur et formateur en informatique. Mais ma passion pour la littérature me définit mieux.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire