JEUNESSE, MENSONGE ET POLITIQUE – ALIDOU RAZAKOU IBOURAHIMA BORO

Voilà un titre qui évoque l’actualité, un titre qui met chacun devant les réalités du monde actuel, qui esquisse le bras de fer entre les valeurs africaines et la gestion de nos sociétés aujourd’hui. C’est sur cette situation que la plume de l’écrivain Alidou Razakou I. BORO s’est penchée pour accoucher de cette œuvre qui s’adresse à la jeunesse de son pays et par ricochet aux peuples du monde. Ce retour de notre auteur sur la scène littéraire avec son recueil de quatre nouvelles n’a rien d’anodin au regard des titres qui composent son œuvre : Le coït interrompu ; Jeunesse, mensonge et politique ; Migration clandestine et Lettre à un infidèle.

Dans notre présent travail, nous nous intéressons à la nouvelle éponyme de l’œuvre qui nous semble très évocateur puisqu’il traite des réalités du monde universitaire.

Voici un jeune homme, Robert, au seuil de ce monde typique qui s’évertue à cacher la misère dont il est victime depuis sa naissance. Il s’intéresse aux réalités de son nouveau monde : le militantisme universitaire. Très tôt, imbu de la facilité et surtout ayant pris goût au manteau des vices qu’arborent les jeunes ambitieux à la recherche du gain facile. Il opte pour le chemin fait d’or et de vin de palme dont le prix à payer est le sacrifice humain et la falsification des documents administratifs. Car, il était sollicité par les autorités et hommes politiques pour ces choses horribles qui sont en déphasage avec la déontologie.

Robert gravit les échelons dans le milieu universitaire et puis dans la fonction publique mais son ignorance et surtout son incapacité à être à la hauteur de ses responsabilités professionnelles le dénaturent et le rendent pestilentiel. Voilà en peu de mots le contenu de cette nouvelle où l’auteur dénonce une jeunesse en perte de repère. Alidou Razakou voudrait indiquer à la couche juvénile surtout celle des tropiques, à travers la figure de Robert et de Paulin, le chemin qui mène au vrai bonheur : la maîtrise de soi et la mesure dans ses ambitions. La sexualité en situation universitaire est déconseillée par notre auteur.

Dans un style simple, voire de bonne compagnie, accessible au lecteur de niveau moyen, Ibourahima Boro attire l’attention sur l’essentiel. La présence des images et l’utilisation de la fonction phatique permettent de jouer la moralité et la sensibilité de la jeunesse, sa première cible.

Robert vivra sa vie seul et méprisé de tous.  Voilà ce qui arrive à celui qui fait preuve d’impatience. Male parta, Male dilabuntur : un sort qui paraît inévitable, c’est que l’argent mal acquis ne profite point.

Les thèmes fréquents sont : l’amour, le mensonge, la migration …

Alidou Razakou IBOURAHIMA BORO est aujourd’hui Maître- Assistant  des universités à l’université et chef département des lettres modernes de l’Université de Parakou où il s’efforce à donner le meilleur de lui-même en indiquant aux cadres de demain le vrai chemin qui conduit à la vraie réussite. Son présent ouvrage est publié en octobre 2018 aux Éditions Savane.

Par Pierre YOUTOTCHA

A propos de Observateur anodin 154 Articles
Ghislain GANDJONON, analyste programmeur, professeur et formateur en informatique. Mais ma passion pour la littérature me définit mieux.

2 Comments

Laisser un commentaire