Joncquet crée, Joncquet assume – épisode 6

C’est alors qu’il commença à envoyer de l’argent à la jeune femme à chaque fois qu’elle chantait. Avec la même gratitude racée, elle allait le saluer dès qu’elle finissait son tour, en gardant, bien entendu, une distance de sécurité et les mains en alerte pour contrer toute inclination du riche dandy vers son postérieur labellisé Olalékan. La manie tourna à l’obsession. Tout le karaoké, tout Joncquet, puis tout le Bénin sut que le milliardaire bénino-nigérian surnommé MBA, allait au KKK de Joncquet pour tenter de fesser une jeune et brillante chanteuse du nom de Théolinda.

La fréquentation du lieu décupla. D’innombrables curieux allèrent chaque soir chercher place non loin du Target pour suivre de visu la manifestation du mythe de la fessée. Et ils virent les chanteuses, et parfois quelques prostituées, passer tour à tour sur les cuisses du nabab, onduler, frétiller sous des airs de musique d’ambiance, et parfois recevoir un ou deux doigts dans des recoins plus ou moins ombreux de leur minijupe, puis repartir avec la petite fessée, et une liasse de billets à l’intérieur de leur soutien-gorge. Il arriva même qu’un soir, au cours de ces danses un peu trop rapprochées, Kokou, voyant sans doute poindre des besoins de frottement plus pressants que de coutume, fit éteindre les lumières prétextant une panne de courant, et on put entendre pour accompagner la musique, quelques gémissements et vagissements qui n’étaient pas tout à fait des pleurs, mais qui évoquaient de faibles transports moteurs et résistants, dans une tonalité qui avait plus à voir avec une tendresse lascive qu’avec de la musique arrangée. Certains soirs, des curieux attendirent carrément la fin de la soirée pour voir plusieurs filles se disputer une place à l’intérieur de la voiture de MBA, pour une virée au 2001 et plus si affinité, Dieu sachant qu’affinité, il y avait toujours. Mais jamais, au grand jamais, personne ne vit MBA fesser Théolinda.

A propos de Habib Dakpogan 13 Articles
Écrivain béninois, lauréat du prix "Président de la république" 2015 avec le roman "PV salle 6".

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire