Journée du livre du Bénin, un mois après

Journée du livre du Bénin
Hommage à Dominique Titus, père du roman policier au Bénin

Ce dimanche 20 septembre 2020, la ville de Porto-Novo a accueilli la première édition de la Journée du livre du Bénin. Celle-ci s’est tenue au centre culturel Akanga de la ville autour du thème : Approches pour la visibilité de la littérature béninoise.
Annoncée depuis quelques semaines, la première édition de la Journée du livre du Bénin s’est enfin conclue hier dans la capitale de Porto-Novo avec la présence de plusieurs acteurs du monde littéraire béninois. Cette célébration a été meublée par quatre grandes activités essentielles.
Il s’agit d’abord du concours d’épellation de mots en langue française appelé ‘’Les mots de tête’’ qui à son terme a été remporté par une jeune étudiante au département d’espagnol à l’université d’Abomey-Calavi. Ensuite, la conférence-débat axée sur le thème du jour, Approches pour la visibilité de la littérature béninoise. Elle a été donnée par l’écrivain et chanteur, Habib Dakpogan.
En début d’après-midi, il s’est déroulé des instants d’échange et de partage avec l’auteur du roman ‘’Quand on aime, …’’ Dominique Titus. Pour cette première édition, ce fut un hommage à cet écrivain désigné comme le père du roman policier béninois. Dans un entretien de 45min avec l’écrivain Habib Dakpogan, l’auteur Dominique Titus a donné réponse à plusieurs questions sur ses œuvres et sa personne. « Le roman policier est un reportage et l’écrivain du roman policier est un reporter, un rapporteur. » a-t-il déclaré de sa conception de ce type de roman. Il a aussi répondu que s’il n’aborde pas dans ses œuvres les histoires criminelles célèbres marquantes de son époque, c’est en respect à la douleur des familles des victimes et responsables.
Cependant, les sujets qui font objet d’écriture des œuvres de l’auteur dont La fille vierge, Où est Fatimata ? et autres, ne laissent aucun de ses lecteurs indifférents. A la suite de l’écrivain Habib Dakpogan, plusieurs autres questions ont jailli du public et principalement des férus de la plume de Dominique. Ce dernier s’est alors réjoui de voir ses œuvres susciter tant d’interrogations et débats. Il faut noter que ces ouvrages ont été écrits pour la plupart au cours des années 1970 et réédités en 2019 par la maison d’édition Plumes Soleil.
Au terme du discours d’hommage de Habib Dakpogan à Dominique Titus, ce fut la remise du prix du gagnant à la lauréate du concours Olympe Bhely Quenum. Un concours organisé dans le cadre des noces de diamant du roman Un piège sans fin. Rappelons que ce 20 septembre 2020 était également le 92ème anniversaire de l’auteur de l’œuvre.

A propos de Lydiane 9 Articles
Passionnée des arts et du livre, amoureuse des lettres, je suis poétesse-slameuse. Mes mots pour les maux, nos mots contre les maux.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire