29 juin 2019 – 29 juin 2020 : Le chant des vers, un an après

« Tout a commencé pour lui en classe de CM1, par des poèmes qu’il écrivait pour Fatimata. Des années après, il est devenu Bravo car pour lui, des bravos, ça vaut beaucoup »

RL : Bonjour Bravo. Merci pour l’accueil. Alors, pouvez-vous nous présenter qui est Bravo ?

Bravo : Bonjour à vous et bienvenue chez moi. Je réponds au nom de Maboudou Abdou Rahim, beaucoup plus connu sous pseudo de Bravo. Je suis poète slameur, doté d’une licence au département d’anglais à l’Université d’Abomey Calavi, option études africaines. Je suis un passionné de l’art, de la communication et tout ce qui s’y rapporte.

RL : Ce choix du surnom Bravo, comment est-il venu ?

Bravo : Alors, Bravo est un agent secret du livre de Robert Ludlum intitulé Le Manuscrit Chancellor. Après l’avoir lu, mes amis m’ont attribué ce nom-là, car il faut avouer que le livre a été lu par les amis à tour de rôle. Chacun en a pris un surnom et c’est celui de Bravo qui restait, alors il m’a été attribué. Donc Bravo, il est tiré d’un livre et c’est pourquoi il est également retourné dans un livre : Le chant des vers. Mais plus loin, Bravo, c’est pour rappeler à Abdou qu’il doit toujours bien faire les choses pour toujours mériter des bravos. Disons donc que c’est devenu un idéal à atteindre.

RL : Une histoire et une source de motivation ce nom. Vous avez parlé du livre, Le chant des vers, qui est votre premier livre publié il y a exactement un an à ce jour. Pouvez-vous nous en faire une présentation ?

Bravo : Le chant des vers est un recueil de poèmes qui se présente en cinq chapitres, 29 poèmes, soit en tout 120 pages. Donc les poèmes vont des maux de la société (mariage forcé, dépigmentation, immigration, violences faites aux femmes…) ; jusqu’aux poèmes d’anniversaire, aux voyages et tout ce qui m’a inspiré au quotidien. Voilà, Le chant des vers en gros. Vous allez peut-être demander pourquoi ce titre à ce recueil. C’est en effet, un titre que j’ai trouvé accrocheur qui est inspiré d’un film que j’ai suivi, La rumeur des anges. C’était d’abord pourquoi pas La rumeur des vers, mais je me suis dit non, les vers n’ont pas de rumeurs, ils chantent plutôt. D’où Le chant des vers, qui était d’abord pour un poème, et je l’ai finalement attribué à toute l’œuvre.

RL : Ce n’était pas donc un hasard. Mais déjà comment êtes-vous arrivé à l’écriture ?

Bravo : J’écrivais depuis 2005, en classe de CM1. C’était déjà les petits poèmes que j’envoyais à Fatimata (sourire). Après j’ai écrit en 2011-2012, une période où j’ai connu la grosse déception de ma vie. En effet, j’avais écrit beaucoup de poèmes dans un bloc-notes, que j’ai fait lire à un professeur de français envers qui je portais, et porte encore, beaucoup d’estime. Il a lu, et il m’a jeté le bloc-notes en pleine figure en ajoutant que ce n’était pas de la poésie ce que j’avais écrit, mais plutôt du bavardage. Il m’a ensuite envoyé lire les Senghor, les Césaire, les Hugo etc… Après cet épisode, j’ai arrêté d’écrire, par contre j’ai beaucoup lu et étudié les œuvres de plusieurs écrivains. Finalement, j’ai repris avec l’écriture le 28 janvier 2017 avec la ferme décision de ne plus lâcher quoi qu’il arrive.

RL : Waooh, dites-nous, pour vos écrits, qu’est-ce qui vous motive, une muse, quelque chose qui vous inspire particulièrement ?

Bravo : La motivation, c’est tout ce qui mine le quotidien. J’écris beaucoup plus pour sensibiliser, même si à coté j’écris juste pour le plaisir de faire voir que tout est beau sous les cieux même si tout ne va pas bien, j’écris pour motiver. Pour ce qui est de la muse, c’est la faim (sourire). Oui la faim m’inspire beaucoup, plus j’ai faim, plus je suis favorable à réfléchir et à écrire. C’est le meilleur moment où mon cerveau tourne à mille à l’heure. Il y a aussi les images peu importe sur quoi elles se trouvent, elles peuvent également déclencher un vers, une inspiration, un poème.

RL : Quelle singularité ! Rappelons qu’il y a un an, le 29 juin 2019, vous avez lancé officiellement Le chant des vers. Depuis lors, quels ont été pour vous les évènements importants avec ce recueil ?

Bravo : Je dirai la communication avec les médias de masse: beaucoup d’interviews à la radio, à la télé et sur les blogs littéraires. Tous ces moments furent pour moi très importants pour parler, faire découvrir Le chant des vers. Et ce pas dans le monde des écrivains m’a beaucoup appris personnellement, l’une des leçons que je retiens d’ailleurs, c’est qu’il y a des gens toujours prêts à vous soutenir tant que vous avez le courage et la force de faire le premier pas. Ce n’est pas toujours facile, il faut l’avouer, beaucoup de déceptions. Mais avec de la détermination, du courage, la foi et la rage de réussir, on finit par trouver les bonnes personnes.

RL : Alors, à ce jour, 29 juin 2020, vous pensez que tous les objectifs sont atteints pour Le chant des vers ?

Bravo : Non, je ne pense pas. L’un des objectifs est de rendre disponible le recueil dans toutes les bibliothèques, dans les centres socio-éducatifs, parce que Le chant des vers c’est, avant tout, pour les jeunes. Et les difficultés qui entravent les objectifs, c’est surtout la multiplication, le financement et la mise à disposition dans les établissements et les bibliothèques. Donc je pense qu’il reste encore à faire pour atteindre ces objectifs.

RL : Est-ce qu’il y a donc des projets à l’horizon ? que réservez-vous prochainement à vos lecteurs ?

Bravo : Oui, il y a des projets. Déjà, il y a un second recueil qui sort bientôt, je me garde d’en dire plus, la surprise sera là en son temps. Il y a aussi une tournée de sensibilisation qui se prépare, Dis-moi père, un texte assez fort qui parle du mariage des enfants et qui fera le tour des établissements scolaires et des localités assez reculées pour surtout sensibiliser les parents sur l’importance de permettre aux filles d’aller à l’école. Il y a aussi des concours sur le slam, la poésie qui sont en cours.

RL : Votre mot de fin

Bravo : Merci à toutes ces belles âmes qui à leur manière m’ont soutenu tout le long de cette aventure qui ouvre le bal à beaucoup d’autres. ‘’Un livre ne s’écrit pas tout seul, c’est tout un peuple qui écrit’’. Merci donc à tous ceux grâce à qui, nous avons écrit Le chant des Vers.

A propos de Lydiane 7 Articles
Passionnée des arts et du livre, amoureuse des lettres, je suis poétesse-slameuse. Mes mots pour les maux, nos mots contre les maux.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire