Ma valeur, je la connais

Assez ! Assez ! J’en ai vraiment marre!!
Marre,de tous vos gestes malsains,barbares!
Ne mettez plus sur moi,vos doigts.
Arrêtez ! Arrêtez ! Laissez-moi !

Je ne suis pas celle que vous pensez,
Celle qui plonge,nage et vogue dans la facilité et l’infidélité.
Je ne suis pas une femme de ce genre, dont tous les sens de responsabilité sont rongés.
Non, je suis une femme responsable.
Alors, arrêtez !

À vous prédacteurs!
Durant mon parcours scolaire, mon bateau n’a pas chaviré
Mais à chaque viré, il a résisté aux vagues tempêtées.
Mes étoiles suffisaient pour illuminer mon univers et éclairer mon chemin de succès.
C’est d’une bassesse légendaire!
Vos notes sexuellement transmissibles érigées en loi
Imposée dans le mignon bassin de votre inconscience consciente.

Il me semble d’ailleurs,
Qu’il s’agit déjà d’une pandémie.
Même n’étant plus faite pour les combinaisons mathématiques et les bréviaires de molière,
Mon malheur est de choisir un patron à une patronne.
Fruit mûr aux attributs ballottants, point focal de désir charnel aiguisé,
Je ne trouvai la paix et les bonnes grâces du patron
Que lorsque le bourreau fourra indéfiniment son épée dans mon fourreau.
Que pouvais-je faire en ce moment, puisque la fréquence de ma voix n’était captée nulle part.

De l’école à l’embauche en passant par l’atelier,
Le prétexte est identique: il paraît que mon sourire est envoûtant.
Et la récompense plus ou moins est de me harceler sans répis.
Eh patron! c’est ton téléphone qui te parle, décroche sinon, la personne au bout du fil va se fâcher.

Si je suis venue dans cette société, c’est pour travailler afin d’être dépendante.
Alors arrêtez!
Pourquoi m’acculer si tant chaque jour ?
Pourquoi me faîtes vous autant la cour?
Pourquoi me voulez-vous tant dans votre lit depuis le premier jour ?
Pourquoi tout cela, Merrrrrde!!! arrêtez!

Rangez vos idées impures et méfiez- vous.
La femme africaine n’est pas un jouet. Le savez- vous ?
La femme n’est pas une marchandise publique sur le marché.
Mais au contraire, elle est une naturelle propriété bien privée.

Savez-vous qu’avec tant de d’acharnement,
Les femmes ne voudront plus jamais travailler ?
Elles auront peur de perdre leurs enfants, mari et dignité.
Et, comme cela, le pays, le continent et le monde, ne feront que régresser.

D’ailleurs, si j’accepte votre sale proposition,
Je verrai salir, mes dignités et réputations.
Je deviendrai pour mes enfants une mauvaise mère,
Et une sale pute, vagabonde, infidèle, pour un être très cher.

Ne me dites pas que si je me laisse à vous,
Je serai toujours fidèle à mon mari…
Non ! Je ne le serai pas, et je vais fort en souffrir,
Car je quitterai mes enfants pour toujours.

Regardez les effets néfastes de votre acte de ce jour.
Cela est-il aussi beau, bon et splendide selon vous ?
Arrêtez donc avec cette habitude barbare et malsaine,
Pour ne pas subir des punitions bien saines.

Alors, il est temps d’arrêter,
Et arrêtez de nous faire subir cet acte, non seulement ce jour, mais pour toujours.

L’Amazone Des Lettres

F. Yherese BOGNON

A propos de Yhérèse Bognon 3 Articles
Poétesse et slameuse, je suis l'Amazone des lettres. J'additionne les lettres pour en faire des mots qui soignent les maux qui minent et détruisent notre société"

Laisser un commentaire