Mon cœur d’enfant pleure, alors je vous prie

Que le monde devienne meilleur,  Et que ses habitants accèdent au bonheur.

Que la paix désirée par mon cœur innocent,
Remplace la guerre couvrant votre terre de sang.

Puissent toutes les races du monde bien fraterniser,
Afin que l’humanité parvienne à avancer.
Imaginons qu’en nos cœurs l’esprit de paix règne,
Et que les prisonniers innocents sortent de leur bagne.

Que tant de langues et de cultures s’acceptent,
Et que nos valeurs et nos émotions en elles se manifestent.
Que tant de peuples culturellement et cultuellement si différents
Soit tous réunis en un continent.

Le cœur de l’enfant ne peut supporter plus longtemps le racisme,
Alors,ayons la vertu de faire un peu de place au pacifisme.
Finies les tristesses des enfants et leurs peines,
Demain sera meilleur si nous tuons la violence dans nos veines.

Trop d’hommes s’entredéchirent pour des portions de terre,
Obligeant les uns et les autres à fuir bien loin de leur univers.
Mon cœur d’enfant, sachez qu’il pleure,
Pour ce monde dont je ne connais que le malheur.

Car ma compassion est fort grande pour mes sœurs,
Que je vois compromettre nos sacrées mœurs.
D’ores et déjà, de l’éducateur, j’implore la vertu,
Puisqu’après la mère impuissante, le père s’est tu.

Le secours des assistants sociaux est aussi imploré,
Et l’engagement de la jeunesse consciente souhaité.
Cela contribuera au rétablissement de nos valeurs,
Et c’est ainsi que notre société connaîtra le bonheur.

Mais chacun doit travailler avec opiniâtreté,
C’est ce qui offrira à notre monde son infinie beauté.
Ne soyons guère comme les chats tout friands de poisson
Et détestant la nage mais prêts à toute moisson.

Il faudra bannir de notre société la solitude,
Allons à la recherche des béatitudes.
Des voleurs à col blanc aux petits receleurs,
Ce sont des hommes qui ont peu d’honneur.

Nos villes, écoles et universités sont remplies de chômeurs,
Qui plus tard deviennent parfois des hommes sans cœur.
Le pouvoir de l’argent est alors bien trop fort,
Car on peut dès lors tout acquérir sans le moindre effort.

Je n’ai plus de larme à verser contre l’injustice,
Pour la voir disparaître, seul le sacrifice
Nous conduira vers un monde plus juste.
Alors vivement que s’éteigne en nous l’esprit de rustre.

Amazone Des Lettres

F. Yherese BOGNON

A propos de Yhérèse Bognon 3 Articles
Poétesse et slameuse, je suis l'Amazone des lettres. J'additionne les lettres pour en faire des mots qui soignent les maux qui minent et détruisent notre société"

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire