Allah n’est pas obligé – Ahmadou Kourouma

Allah n'est pas obligé - Ahmadou KOUROUMA

« Toutes les odeurs de ma maman et de Balla avaient du bon pour moi. C’est dans ces odeurs que j’ai bien mangé, mieux dormi ».
« Pour parler de ma vie de merde, de bordel de vie, dans un parler approximatif, un français passable, pour ne pas mélanger les pédales dans les gros mots, j’utilise quatre dictionnaires ».
Dès les premières lignes, j’ai souri à l’audace. J’avais enfin trouvé ce que je cherchais il y a fort longtemps. Des écrits authentiques, crus et sans filtre. J’ai ressenti ce que le narrateur ressentait, parce que cette fois-ci je ne faisais pas que lire : je contais l’histoire avec lui.
Et puis son message suprême : <<Allah n’est pas obligé>>. Ces cinq mots, c’est l’histoire de toute une vie. Je me permets de souligner que cette vérité ne revêt pas un racisme religieux. La religion dite musulmane dont parle ce bouquin est universelle. L’on pourrait remplacer « musulman(e) »par « chrétien(ne) »que cela ne changerait rien au réalisme du narrateur ni à l’importance de chaque pratique dans la vie de l’être humain.
De ce livre, nul ne se plaint. Le colonisateur est satisfait. Et le colonisé tout autant. Le narrateur met tout le monde d’accord avec ses quatre dictionnaires contrairement à la plupart des lectures dont tous les mots semblent essentiellement inscrits dans un jargon intellectuel.
Entre ces pages, aucune science-fiction, juste une série de frissons. Tout a un sens : de la sorcellerie à la crainte de Dieu, en passant par la délinquance que nous maîtrisons et vénérons ainsi que nos croyances et superstitions. Je n’ai pas vécu l’excision mais j’ai crié avec ces filles. Je ne suis pas un garçon mais mon corps a tremblé lors de leur circoncision. Les mots du grand Bouraïma font l’effet d’une drogue : tu t’assieds, tu réfléchis, tu imagines, et tu planes devant sa sagesse et son innocence d’enfant.
Ahmadou Kourouma nous offre un bouquin qui parle comme nous parlons, qui réfléchit comme nous réfléchissons, qui souffre comme nous souffrons. Un bouquin où on peut parler français, anglais, malinkés, rue, familier. Un bouquin où on peut dire « putain, cul, bâtard » et aussi « œcuménique, bacchanale, anthropophage ».
Cher monde, le livre revêt des secrets que bien des fois nous ignorons. Et s’ils y sont cachés, c’est parce que nous n’aimons pas lire. Voilà là, un livre qui constitue un carrefour de vérité dans un style très accessible. Ne le laissez pas ternir dans une librairie et mourir au fil du temps. Je suis très heureuse d’avoir trouvé ce joyau qui sera désormais mon nouveau modèle d’écriture pour mieux faire passer certains messages.
Et si jamais vous le trouvez trop long, surtout prenez votre temps et méditez en chaque mot, chaque virgule, chaque point.
Merci à Monsieur Ahmadou Kourouma pour son œuvre Allah n’est pas obligé

Présenté par Astread HOUSSOU

A propos de Observateur anodin 154 Articles
Ghislain GANDJONON, analyste programmeur, professeur et formateur en informatique. Mais ma passion pour la littérature me définit mieux.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire