Un piège sans fin – Olympe Bhêly-Quenum

Qu’est-ce qui, dans une œuvre que l’on a lue, dégustée, savourée, nous retient captifs, nous maintient esclaves, nous tient siamois ?
Si la réponse s’avère peut-être subjective et personnelle, toi, amoureux (se) ou novice du noir sur blanc, laisse-moi t’indiquer quelques deux-cent-quatre-vingt-quatre pages, qu’avec l’esprit présent, et l’âme prête à vivre, tu seras porté (e) à inscrire en première ligne des œuvres que tu devras faire connaître à tes progénitures : Un piège sans fin d’Olympe-Bhêly Quenum.
J’entends déjà tes remous, je vois déjà tes lèvres mouvoir la grande surprise que je daigne te présenter une œuvre que déjà tu connais.
Tu la connais parce qu’elle est devenue un classique ; classique de la littérature béninoise, mais aussi classique de la littérature africaine d’expression française. Cependant, sais-tu ce pourquoi elle l’est ?
As-tu pu savourer la parfaite intrigue, intelligemment structurée et élégamment relatée qu’elle comporte ? Ou, as-tu juste lu pour satisfaire un enseignant, pour avoir une note d’évaluation, pour réaliser un exposé ?
L’as-tu lue pour la vivre, pour t’illustrer en elle, pour connaître comment la fatalité, cruelle manifestation d’un destin inévitable, s’est éprise du bonheur et de l’harmonie agréable d’une vie communautaire paisible, gracieuse et enviable d’un individu, de son père avant lui, par une piètre obscénité que les astres ont érigée, et l’ont manifestée de mille et une façons ?
Sinon, tu auras raté toute une vie de lecture.
Puisque tu connais désormais l’évangile de ton salut, libère tes méninges, procure-toi le confort requis, et, bois l’eau de la vie.
Quant à toi qui ne l’as point lue, si la pitié constitue ta plus grande vertu, et l’idée de la finitude, ta plus grande hantise, il est venu le moment pour toi de vivre et de souffrir, de rire et de pleurer, d’aimer et de haïr, de ressentir l’éminent et l’imminent désir d’agir, de réagir, sans en avoir le pouvoir qu’en te servant, dans la vie réelle, dans ton quotidien immédiat ou futur, des faits, actes, paroles, sentiments et ressentiments que tu auras vécus par la lecture.
Un piège sans fin. Un piège que constitue la vie. Un piège qu’il est, d’être, de ressentir, de profiter de la vie ; un piège qui vous capture même quand vous posez un regard, même quand vous avalez une infime goutte de salive.
Mais, est-ce juste de piège qu’il s’agit ? Est-ce uniquement malheur et horreur ? Est-ce absolument de l’ordalie et de la soif de vengeance qu’il y a à déguster ?
Un regard zélé, attentif, courageux et plein de vie posé sur les pages de ce récit que seul un Divin a su peaufiner, et tu te rendras compte que tu n’avais jamais lu d’œuvre aussi impressionnante de toute ton expérience de lecteur. C’est pareil pour toi qu’il l’avait presque lue, lue à moitié, ou l’avais bâclée.
Il y a un bonheur à lire classique.
Ouvre la première page, vis l’aventure, et, reviens très prochainement dans le monde des Lecteurs!

Présenté par Alexandre GBEVOHEHA

A propos de Observateur anodin 154 Articles
Ghislain GANDJONON, analyste programmeur, professeur et formateur en informatique. Mais ma passion pour la littérature me définit mieux.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire